Cassiopée

Le 14 février 2017, mon chéri et moi emménagions dans notre premier appartement après presque cinq ans de relation. C’était un mercredi. Il était prévenu, dès le samedi j’allais visiter l’association Le chat libre de Toulouse en vue d’adopter une demoiselle. Cela faisait un an et demi que je n’avais plus de compagnon à quatre pattes et cela me manquait terriblement ! Et quittant le foyer paternel qui ne voulait plus de poilu (vous verrez, six mois plus tard il a changé d’avis !), l’occasion d’adopter se présentait enfin !

Quand j’étais enfant, nous avons eu deux chats sauvés de la rue : Noah et Gibby. Tous les deux sont malheureusement partis trop tôt : sida pour le premier, et euthanasie pour le second car il était extrêmement agressif et a sauté au visage de ma sœur (le vétérinaire a été formel, la prochaine fois ça aurait pu être pire). Puis quand j’ai eu 15 ans, ma mère a voulu un chat de race, pour éviter tout risque de “maladie” fatale trop jeune, et c’est ainsi que Brindille est entrée dans nos vies. Cette chatte m’a immédiatement choisie comme “maîtresse suprême” comme on s’amusait à le dire, c’était mon bébé qui se couchait sur mon épaule, qui m’attendait derrière la porte en miaulant quand je rentrais de Montauban le week-end… Jusqu’au départ de ma mère du foyer familial, et qu’elle a pris Brindille avec elle. Quelques mois plus tard j’ai découvert par hasard l’association du Chat libre de Toulouse, j’ai commencé à les suivre assidûment sur Facebook, et le 18 février 2017 je les ai rencontrés.

Cela faisait donc 4 jours que nous avions fini d’emménager, et ma sœur m’a accompagnée dans la tournée que j’avais prévue : d’abord Jardiland où ils exposaient, puis une autre animalerie et enfin leur local où sont logés les chats qui ne sont pas en famille d’accueil. Seul veto du chéri : ne pas prendre un chat noir pour ne pas lui marcher dessus si on se lève la nuit lol Et moi je ne voulais pas d’un chat FIV+ car la perte de Noah quand j’étais enfant m’avait traumatisée… Quand nous sommes arrivées au premier arrêt prévu, nous avons découvert qu’une partie du magasin leur était réservée et ils avaient ainsi 6 ou 8 chats en exposition si je me souviens bien, en vue de leur trouver un foyer à chacun. A peine arrivées, nous avons flashées sur une petite minette couleur crème, mais des gens la câlinaient déjà. Du coup nous avons regardé les autres cages, et j’ai découvert la petite Stessy, qui deviendrait rapidement ma Cassiopée. Elle était couchée en boule sur une couverture orange, et elle montrait ostensiblement ses fesses aux visiteurs ! Elle n’était clairement pas à l’aise… J’ai malgré tout pris la peine de lire sa petite fiche de présentation, et là une bénévole est venue me parler. Je lui ai donc expliqué ma situation : je venais d’emménager dans un appartement sans accès à l’extérieur, et je souhaitais adopter une chatte plutôt jeune et FIV-. Comme elle a vu que je m’intéressais à la petite Stessy, elle a appelé la personne chez qui elle était en famille d’accueil : Nathalie (avec qui je suis restée en contact). Nathalie m’a alors raconté que la demoiselle était chez elle depuis un mois et qu’elle venait directement de la rue ; elle vivait dans le jardin d’un couvent me semble-t-il et la personne âgée qui la nourrissait chaque jour a contacté l’association car un mur devait être construit et cela aurait conduit à sa mort entre quatre murs. Elle m’a montré qu’elle n’avait plus de queue car elle l’a perdue dans un accident avec une porte et elle a dû être amputée. J’ai discuté quoi… 10mn environ avec Nathalie ? J’ai pu caresser Stessy malgré sa peur et là j’ai su qu’elle allait être ma Cassiopée ! (Oui parce que je savais déjà que, peu importe le profil, ma chatte s’appellerait Cassiopée) Nous avons rempli les papiers d’adoption et j’ai réglé les frais vétérinaires (200€), et Nathalie m’a alors annoncé que je ne pourrais pas repartir de suite avec Cassiopée car elle devait faire ses rappels de vaccins le mardi suivant. Au fond j’étais soulagée car je ne pensais pas repartir avec un chat le jour-même et je n’avais encore rien pour l’accueillir ! Du coup Nathalie m’a aidée à choisir le minimum de matériel nécessaire, et dès le soir-même elle m’envoyait un mail avec la liste de ce dont j’aurais besoin qui était disponible et moins cher sur Zooplus, et j’ai passé ma première commande sur ce site dans la foulée.

Voici comment j’avais emménagé la pièce… Le plaid au sol et le tapis viennent de chez Ikea, le plaid nounours de Maisons du monde (rayon bébé), la litière de Jardiland, le tunnel et les jouets de Maxi Zoo, le lit de poupée et le coussin sont de vieux jouets à moi. La commande Zooplus est arrivée plus tard et j’avais commandé des gamelles, un arbre à chat et d’autres jouets (depuis elle a un nouvel arbre à chat pour la chambre). Au final Cassiopée a eu accès à l’appartement entier immédiatement, même si elle est restée cachée sous l’étagère bleue quelques heures. Normalement il est conseillé d’isoler un nouveau chat dans une pièce pendant au moins trois jours et lui laisser accès au reste de l’habitation petit à petit pour qu’il se sente à l’aise, mais chez nous il y avait la chambre et la salle de bain à gauche de cette pièce et la pièce de vie à droite. Dès le soir même elle est venue dormir avec nous dans notre lit ! Elle était – et est toujours – très peureuse mais elle nous a fait confiance dès le départ, et en particulier à moi, elle est vite devenue mon ombre :) Aujourd’hui encore, le lit est son endroit préféré pour dormir, au chaud sous la couette ! On l’a remarqué ce premier hiver passé avec elle : quand le chauffage est éteint la journée, elle dort au chaud sous la couette ; quand le chauffage du salon est allumé le soir, elle est dans son dodo à côté ; et la nuit quand on va se coucher avec le chauffage de la chambre allumé, elle s’installe dans son dodo que j’ai placé juste devant la source de chaleur. Et le matin si j’ai le luxe de traîner au lit, elle vient se blottir contre moi ! Et quand je lis sur le canapé, elle vient aussi sur moi généralement, et là c’est l’amour qui parle car elle délaisse le chauffage lol

Comme je le disais, Cassiopée était très craintive au début, on sentait qu’elle venait de la rue. Elle m’a de suite adoptée et a commencé à me suivre comme mon ombre, mais malgré cela elle ne se laissait pas trop caresser, pas du tout prendre dans les bras, et surtout elle a mis bien six mois avant de ronronner pour la première fois… Mais à côté de ça elle m’attendait derrière la porte d’entrée quand je rentrais du boulot, dormait sur moi, me suivait jusqu’aux toilettes et grattait à la porte (merci pour l’intimité lol). Je dirais que c’est une chatte qui a eu besoin de se rendre compte que l’humain (en l’occurrence nous puisqu’elle nous supporte au quotidien haha) ne lui voulait pas de mal, et qui s’est révélée petit à petit. Je dirais même qu’elle évolue encore aujourd’hui, car maintenant elle se roule sur le dos quand on rentre à la maison, mais il est encore impossible de la caresser dans cette position, elle se relève illico presto.

Puis les beaux jours sont arrivés, et la demoiselle a commencé à développer un intérêt particulier pour la fenêtre du salon, qui en plus de lui donner de quoi commérer, laissait le soleil la (ré)chauffer. Je lui ai donc acheté un dodo que j’ai posé sur des caisses pour qu’il soit à hauteur de la baie vitrée, puis mon père m’a suggéré de lui acheter un arbre à chat pour qu’elle soit en hauteur et voie par-dessus le balcon. Je suis donc allée à Jardiland pour améliorer la vue de mademoiselle sur la rue. (Voici la référence de son dodo beige)

Au mois de mai, nous avons fêté son anniversaire et pour l’occasion Nathalie est venue dîner à la maison, mais Cassiopée ne l’a pas reconnue et a passé la soirée sous le canapé… Puis au mois de juin mon amie Sarah est venue passer quelques jours à la maison et Cassiopée n’est pas morte d’une crise cardiaque en la rencontrant lol Mais le soir du départ de Sarah, en sortant les poubelles, j’ai trouvé une jeune chatte. J’ai choisi de la recueillir en espérant retrouver ses propriétaires, car la fête du village approchait et vu la gentillesse de cette chatte qui m’a suivie sans broncher j’ai eu peur qu’elle suive quelqu’un de mal intentionné, et en plus de cela elle avait peur de chaque voiture ou moto qui passait ! J’ai donc enfermé celle qui allait devenir Célestine dans la même pièce qui avait accueilli Cassiopée le premier jour, pour éviter tout risque de contamination étant donné que je ne savais pas si Célestine était saine ou non, et aussi pour éviter toute confrontation.

Après consultation chez le vétérinaire il s’est avéré que Célestine n’était pas identifiée… Je l’ai donc signalée sur Pet Alert et en ai parlé autour de moi, mais personne ne l’a réclamée. Je me voyais déjà avec deux copines à la maison, chacune couchée à côté de moi pendant que je bouquinais… Mais malheureusement, Cassiopée n’a pas accepté cette nouvelle colocataire ! Elle lui a fait la misère pendant deux mois, jusqu’à ce que je me décide à contrecœur de la faire adopter via l’association du Chat libre qui m’avait permis de la garder en tant que famille d’accueil puisque personne ne l’a réclamée. La pauvre Célestine (3,7kg VS 2,4kg !) se faisait cracher dessus et attaquer chaque fois qu’elle faisait deux pas hors de “sa” pièce ! Petit à petit Cassiopée a accepté de la tolérer dans la chambre la nuit, mais à l’opposé de la pièce ! Et aussi un peu sur le balcon pour prendre le frais le soir… Finalement, mon père a cédé aux supplications de ma sœur pour l’adopter, et celle-ci a été surprise jusqu’aux larmes un dimanche matin quand je lui ai amené Célestine à la maison.

Le comportement de Cassiopée à mon égard a énormément changé en présence de Célestine, j’ai vraiment eu peur qu’on ait perdu notre complicité ! C’est aussi cet été-là que je me suis fait tatouer sa constellation sur le poignet.

Quelques semaines plus tard nous partions en vacances, et mon père et ma sœur sont venus chaque jour s’occuper d’elle. A notre retour, elle était très contente, et n’a même pas boudé ! Au contraire c’était câlins à gogo, et je crois que c’est peu après qu’elle a commencé à ronronner. C’est aussi là qu’elle a commencé à apprécier le brossage, et c’est principalement à ces moments-là qu’elle miaulait. Maintenant c’est dès qu’on fait des gros câlins et qu’on lui frotte le dos (surtout le bassin), derrière les oreilles et sous le menton !

Puis arrive le mois d’octobre et notre déménagement… J’étais assez stressée car nous chamboulions vraiment son quotidien en mettant tout en carton et en enlevant des meubles au fur et à mesure ! Le soir du déménagement, nous avons fait la route toutes les deux avec toutes ses affaires dans le coffre, et elle a énormément miaulé, elle n’était vraiment pas rassurée, car les deux seules fois que nous avions pris la voiture, c’était pour aller chez le vétérinaire ! Nous l’avons enfermée dans la chambre le temps de tout lui installer, mais elle est restée prostrée dans le lit pendant deux jours… Et d’après mon chéri qui était de repos ces jours-là, il ne l’a pas vue aller manger ni aller à la litière. Cela m’a énormément inquiétée et j’étais prête à appeler le vétérinaire, mais mademoiselle a enfin pris la résolution de découvrir son nouveau lieu de vie. Elle l’adore car c’est plus grand et qu’elle a toujours un long couloir pour courir en trombe et jouer comme une folle !

Et pour terminer cet article déjà bien trop long et bien trop rempli de photos, je vais conclure avec ces quelques anecdotes (et encore plein de photos !) :
– Cassiopée frotte la surface sur laquelle elle va dormir avant de se coucher, comme pour la nettoyer
– Quand elle a fini de manger, elle gratte autour de sa gamelle, comme elle le fait dans sa litière
– En fait elle ne ronronne pas beaucoup, mais par contre quand elle est contente, elle bave !
– Elle a de grandes oreilles et le nez en trompette (et elle n’a plus qu’une queue de lapin)
– Elle est toute petite et fine, on dirait presque un chaton
– On discute souvent elle et moi, elle me répond en miaulant quand je lui parle
– Elle s’est très bien habituée à la vie en appartement malgré le fait qu’elle vienne de la rue, elle a d’ailleurs peur du bruit quand j’ouvre la fenêtre
– Elle a trois dodos, mais son préféré c’est notre lit
– Elle adore dormir contre moi ou sur moi
– Quand je rentre du travail, après s’être roulée par terre, elle vient se coucher sur mes genoux après que je me sois assise sur le canapé, c’est notre rituel câlin après une longue journée séparées
– Mon amie Sarah m’avait offert un bol en inox qui lui a servi de gamelle en attendant de recevoir celles que j’avais commandées ; maintenant c’est son bol et dès qu’elle le voit ou entend le tintement de ma bague contre l’inox, elle vient en courant car elle sait que c’est le moment de la pâtée !
– Elle adore jouer avec le plumeau et le laser la rend dingue ; elle adore aussi sa grosse souris et son poulet à plumes, et elle court après ses balles rebondissantes mais ne les ramène jamais lol
– Elle adore se frotter contre les cartons et lécher les plastiques d’emballage (surtout celui du papier toilette)
– L’été dernier on dormait le volet fermé mais la fenêtre, et un lézard est rentré dans la chambre. Elle l’a tellement bien chassé qu’il s’est caché sous l’alaise et je l’y ai trouvé desséché en changeant les draps. Il est tellement beau que je l’ai gardé et Cassiopée aime bien jouer avec (tout le monde trouve ça dégueulasse voire gore sauf moi lol)
– Elle aime particulièrement les sacs : elle a dormi plusieurs semaines sur un tote bag à moi et elle regarde ce que contiennent les cabas
– Depuis quelques mois elle aime que je la porte dans mes bras, et parfois on reste blotties devant la fenêtre à regarder les oiseaux et insectes pendant 10mn
– Elle a peur de l’aspirateur
– Elle a peur des gens et va se cacher sous la couette quand on a des invités
– Elle a adoré le sapin de Noël et particulièrement les décorations du bas, mais on a dû l’enfermer dans le bureau (le sapin, pas Cassiopée !) parce qu’elle mangeait les fausses épines en plastique
– Elle a un cadeau pour son anniversaire et à Noël
– Je ne lui imposerai jamais de régime végane car le chat est un animal carnivore
– Le rituel de la pâtée est sacré : elle monte sur le plan de travail et lèche la boîte pendant que j’écrase la pâtée dans sa gamelle, puis elle mange
– Elle a été malade avec l’herbe à chat, du coup maintenant elle s’en prend à ma plante verte et mange méticuleusement le bout de chaque feuille – quand elle n’en arrache pas une
– La seule “bêtise” qu’elle a pu faire c’est de boire dans mon verre d’eau (une fois)
– Elle est l’une de mes plus belles rencontres, et c’est mon bébé, tout simplement ♥

Encore mille mercis au Chat libre de Toulouse de sauver tous ces minous, et de m’avoir permis de trouver mon âme sœur version poilue à quatre pattes ♥

Leave A Comment