Une place à prendre • J.K. Rowling

Une place à prendre

Une place à prendre

J.K. Rowling

Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable.
Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie.

Ce qu’il faut que vous sachiez avant toute chose c’est que, malgré que leur style d’écriture et leur époque soient complètement différents, J.K Rowling aura autant bercé mon enfance et mon adolescence que la Comtesse de Ségur. Dès le Noël de mes neuf ans, où mon papa m’a offert le coffret des quatre premiers tomes de la saga Harry Potter, je n’ai jamais cessé d’adorer le petit sorcier maintenant devenu grand, et vous comprenez donc que cela m’a été difficile de refermer le dernier tome en me disant que plus jamais je n’aurai le plaisir de lire la plume de J.K. Rowling. J’ai donc été extrêmement contente d’apprendre que celle-ci allait publier un nouveau roman, destiné aux adultes cette fois, à l’automne 2012. Etant une fan invétérée, je me suis ruée sur Une place à prendre quelques jours après sa sortie en librairie. Mais… je ne l’ai lu que ces derniers jours. Le pourquoi du comment, c’est que j’avais lu tellement de mauvais avis et critiques, que j’avais très peur d’être déçue à mon tour. Bien entendu je n’espérais pas retrouver le monde d’Harry Potter, j’avais bien compris que ce nouveau roman n’avait rien à voir avec ce que J.K. Rowling avait pu écrire précédemment, mais néanmoins j’étais effrayée de ne pas aimer sa plume dans le récit d’une autre histoire. Pour me motiver, j’ai proposé à une autre blogueuse de faire une lecture commune de ce titre avec moi, et nous avons convenu du 26 juin comme date butoir (vous remarquez donc que je suis un petit peu en avance ^^). Je me suis donc embarquée dans la lecture de Une place à prendre, plutôt confiante finalement car une amie l’avait adoré, mais sans pour autant fixer la barre trop haute pour ne pas être déçue, ce qui m’arrive généralement, et très souvent avec les films.

Bref, le moins que l’on puisse dire, c’est que je n’ai ni adoré ni détesté, pourtant tout le monde m’a dit que c’était pile ou face, noir ou blanc avec ce roman. Et bien pour ma part, je suis très mitigée. Du côté de l’écriture, il n’y a pas à dire, J.K. Rowling a autant de talent pour écrire les aventures d’un sorcier et de sa bande, que celles d’une communauté du sud de l’Angleterre, que son récit soit destiné aux enfants ou aux adultes. J’ai adoré retrouver ce style qui n’appartient qu’à elle, reconnaissable entre mille bien que le traducteur ne soit pas le même que celui de sa saga. Par contre du côté de l’histoire, c’est là que ça me chiffonne.

Déjà pour commencer, j’ai trouvé l’histoire extrêmement lente, sans action, avec des longueurs épuisantes par moments, qui ne rendent la lecture que plus pénible au fil des pages. Cela peut encore être excusable, car nous suivons la vie d’une petite bourgade, or pour ceux qui connaissent la vie à la campagne, nous savons déjà que dans ces villages-là, il ne se passe jamais rien – ou presque. Parce qu’à Pagford, un notable, Barry Fairbrother, est mort, alors même que la vie politique de sa communauté est à son apogée. Dès lors, une multitude de personnages, qui forment de petites associations toutes plus mesquines les unes que les autres, va se battre pour récupérer sa place, pour des motifs qui changent selon chaque personne. Et c’est là que tout commence à partir en cacahuète : je n’ai réussi à m’attacher et n’apprécier aucun des personnages, au contraire, j’en ai même haï beaucoup. Quand je lis un livre, ce qui me donne envie de le rouvrir, en général, en plus de l’histoire, ce sont ses personnages. Or là, tous me répugnaient à tour de rôle : quand je commençais à apprécier l’un d’entre eux, dans les pages suivantes, un élément me faisait le détester. Les seules personnes que je n’ai pas complètement haïes, mais qui pour moi n’ont pas été assez développées, ce sont Vikhram et Sukvinder Jawanda ; mais je suis quasiment sûre que s’ils l’avaient été, j’aurais forcément été confrontée à un détail qui aurait altéré ma vision de ces deux personnages. De plus, dans ce roman, chaque personnage est plus vil et mauvais que son voisin ; chacun a un secret à cacher, et tous, qu’ils soient membres d’une même famille ou amis, dissimulent des haines profondes et n’hésitent pas à se lancer des poignards dans le dos, constamment, pour le simple plaisir de se venger de rancœurs plus ou moins anciennes.

Je sais bien que je suis parfois naïve, sans pour autant croire que nous vivons dans le monde des Bisounours, cependant tous ces travers humains m’ont dégoûtée, je n’ai eu quasiment aucun plaisir dans ma lecture car tous les personnages et leurs actions m’étaient insupportables.

Selon moi d’ailleurs, ce roman n’est qu’un prétexte pour faire une critique de la société actuelle et plus particulièrement de l’ignominie des gens, et la leçon qu’il donne est très importante : on ne peut faire confiance à personne, ni même à ses amis ni à sa famille, car dès lors que nous allons à leur encontre, leur vengeance peut être terrible. Il nous renseigne également sur les raisons pour lesquelles les gens sombrent dans la délinquance, et dénonce les calamités de notre société (dépression, drogue, alcool, pédophilie, viols…).Si encore ce livre contenait quelques petites notes d’espoir, cela ferait mieux passer la pilule de la réalité, mais malheureusement ce n’est pas le cas, et à force j’ai envie de dire que trop, c’est trop.

La seule chose que j’ai vraiment apprécié, c’est la presque fin, les personnes qui ont déjà lu ce roman me comprendront : nous avons enfin droit à une montée d’adrénaline qui nous pousse à tourner les pages avec frénésie, on veut connaître avec avidité le dénouement de cette action. Cependant, après cet épisode revigorant, j’ai trouvé le final bâclé, j’ai même cru qu’il manquait des pages, c’est pour dire. Les dernières lignes n’ont pas été soignées selon moi et c’est fort regrettable, car les éléments qui la précèdent laissaient entendre une fin du même niveau, ce qui finalement n’est pas le cas.

Je ne regrette tout de même pas d’avoir lu Une place à prendre car j’ai ainsi pu découvrir de quoi d’autre J.K. Rowling est capable ; je ne reproche rien à sa plume, qui selon moi reste excellente, cependant j’ai trouvé le roman trop sombre, déprimant, et assez mal exploité, je pense qu’il aurait pu y avoir plus d’action, des personnages bons, et cela aurait été plus intéressant et surtout plus agréable à lire. Je ne suis donc ni déçue ni enthousiaste, seulement mitigée à propos de cette lecture.

4 Comments

  • 4 années ago

    Ahhh je suis déçue mais bon tu n’es pas la seule à avoir un avis si mitigé. Je peux comprendre que la lecture soit déprimante, mais personnellement j’ai adoré ce livre comme tu le sais ^^ C’est sur que c’est peut-être ‘trop’, mais au final je crois vraiment que ça représente bien la société, la plupart des gens ne pensent qu’à eux, aux avantages qu’ils peuvent tirer d’une situation, et c’est juste terriblement bien décrit par J.K. Rowling. Alors effectivement après l’action n’est pas vraiment au RDV, je pense qu’on aime ou pas. Par contre, Dôme c’est encore piiiiire, c’est vraiment dans le même état d’idée, mais les personnages sont encore plus horribles dedans, mais il y a 2/3 personnages bons donc ça passera peut-être mieux lol je suis contente que tu l’ai lu quand même ^^

    • 4 années ago

      Je suis aussi contente de l’avoir lu, je ne regrette pas, mais je me suis sentie tellement mal à l’aise tout au long de ma lecture, que je suis bien contente qu’elle soit terminée quand même ! Du coup je vais attendre un petit moment pour lire Dôme, je risque de ne pas l’apprécier sinon !! ^^

  • 4 années ago

    Merci pour cette LC !!! Je suis également contente d’avoir pu découvrir la plume de J.K. Rowling ;)
    Bon, tout comme toi, j’ai trouvé que les choses traînaient beaucoup trop en longueur ; mais dans le fond, j’ai trouvé l’histoire plutôt intéressante dans le genre : « tout le monde épis tout le monde sur une note de chacun pour soi » !
    À très vite pour la suite avec « Ensemble, c’est tout » ^_^

Leave A Comment