Une berceuse en chiffons, La vie tissée de Louise Bourgeois • Amy Novesky & Isabelle Arsenault

screenshot2016-01-07at12-50-38pm

Lorsque j’ai su qu’Isabelle Arsenault illustrait un nouvel ouvrage, j’ai immédiatement souhaité le lire. En effet, il y a deux ans, j’avais découvert son travail avec Jane, le renard et moi, et depuis je suis sous le charme et je m’informe très régulièrement sur son travail. Je remercie donc énormément les éditions La Pastèque pour l’envoi de cet ouvrage, qui est aussi beau que le précédent.

Une berceuse en chiffons déploie sous nos yeux la vie de Louise Bourgeois, une artiste de renommée mondiale, dans un récit poétique et superbement nuancé. En racontant la relation entre une mère et sa fille et la naissance d’une artiste, le livre nous donne à voir la dentelle raffinée tissées en chacun de nous par le souvenir.

Dans cet ouvrage, Isabelle Arsenault (dessins) et Amy Novesky (texte) nous racontent l’histoire de Louise Bourgeois, une artiste mondialement connue et reconnue, dont j’ignorais pourtant, jusque-là, absolument tout. Elles transmettent avec poésie et tendresse la vie de cette femme dont la mère a toujours été importante dans la vie, et ce même après sa mort.

Une berceuse en chiffons

Ainsi, nous en apprenons également beaucoup sur le métier de restauration de tapisseries, car c’est celui-ci qu’exerçait la mère de Louise Bourgeois, qui l’a plus tard enseigné à sa fille. Cette image de couture, de reprise et de tissage est très importante tout au long de l’album, car après la mort de sa mère, Louise Bourgeois n’a eu de cesse d’exercer ces pratiques pour tenter de retrouver sa mère dans l’art, et ainsi de faire son deuil et se reconstruire elle-même.

Une berceuse en chiffons

Le lecteur découvre une petite fille puis une femme pour laquelle sa mère était tout, et pour qui l’art a toujours été omniprésent. Déjà enfant, elle réparait des tapisseries en compagnie de sa mère. Puis après la mort de celle-ci, elle arrête ses études qui lui offraient de la stabilité et de l’ordre, pour la peinture puis l’art en général, afin de retrouver l’image de sa mère.

Une berceuse en chiffons

Le lecteur ne peut ressentir que de la tendresse et de la pitié pour cette artiste qui ne se sentait entière qu’en compagnie de sa mère, et qui a passé sa vie à tenter de retrouver ce sentiment. Cette « biographie » de Louise Bourgeois rend hommage à l’artiste mais aussi à sa mère, et indirectement à toutes les mères du monde.


Une berceuse en chiffons

J’ai aimé découvrir l’histoire de cette artiste et ce qu’il se cache derrière ses oeuvres grâce au travail d’Isabelle Arsenault et Amy Novesky. J’ai également beaucoup apprécié le fait que cette dernière ait pris le temps, à la fin de l’album, de faire une courte biographie de Louise Bourgeois, moins poétique mais plus précise, afin de vraiment découvrir cette artiste. Cela m’a même donné envie d’aller googliser son nom pour voir des photos de ses sculptures.

Une berceuse en chiffons

Une berceuse en chiffons est un album tout en sensibilité et en tendresse qui plaira autant aux petits qu’aux grands, car en plus de raconter la vie de l’artiste Louise Bourgeois, il est une véritable ode à l’amour maternel.

Une berceuse en chiffons, La vie tissée de Louise Bourgeois, d’Amy Novesky & Isabelle Arsenault.
Disponible aux Editions La Pastèque
depuis le 1/09/2016 au prix de 18€.
Dès 6 ans.

Leave A Comment