Rome en un jour • Maria Pourchet

Rome en un jour

Rome en un jour

Maria Pourchet

Je tiens en premier lieu à remercier Priceminister pour l’envoi de ce livre dans le cadre des matches de la rentrée littéraire qu’ils organisaient. J’ai ainsi pu découvrir ce livre sans en payer un denier, ce qui limite énormément la casse, car vue mon impression je suis juste hyper contente et soulagée de ne pas l’avoir payé ! 

« Paul était devant le poste, à mille lieues d’envisager qu’on pût lui réserver un anniversaire surprise fin juin, à lui, natif de février… » Sur le toit-terrasse d’un hôtel parisien, en attendant qu’on leur serve quelque chose à boire et que Paul apparaisse au bras de Marguerite, les invités prennent possession des lieux. Peu à peu, la soirée dérive loin du projet initial. À l’autre bout de la ville, Marguerite tente en vain de convaincre Paul de sortir sans dévoiler la surprise. C’est le début d’une guerre dont les proportions vont bientôt leur échapper à tous deux. Maria Pourchet explore le fonctionnement d’un couple contemporain, les origines de son désastre mais aussi l’étendue des solitudes, chacun tentant d’échapper à l’autre, à la vérité, à lui-même. On rit à chaque page… non sans un certain effroi.

Comme je l’annonçais dans les premières lignes, j’ai été extrêmement déçue par cette lecture… La dernière phrase du résumé me laissait présager une lecture plutôt légère et drôle, et ce n’est clairement pas ce qu’elle est. Je me suis ennuyée tout au long de ma lecture, je n’avais qu’une seule envie, c’était gifler les personnages et refermer ce livre le plus vite possible, quitter avec empressement ce petit monde ô combien désagréable et inintéressant.

La construction du roman est intéressante, car il y a deux sortes de chapitres qui se succèdent tour à tour, toujours dans cet ordre : nous avons affaire à Paul et Marguerite, chez eux, avec cette dernière qui essaye d’emmener son compagnon à son anniversaire surprise qu’elle organise quatre mois après (déjà, vous voyez une logique à ça ?!), et alternativement nous sommes au sommet de l’hôtel parisien où se déroule la « fête », en compagnie des invités qui se lassent et s’ennuient, règlent leurs comptes et ceux de Paul et Marguerite.

Ce roman n’est qu’un trop plein de règlements de comptes, de coups de couteaux dans le dos, de mépris et de méchanceté. Tout le monde crache sur tout le monde, et même l’associée de Marguerite use sa langue de vipère sur son hôtesse censée être sa meilleure amie de longue date. Avec une telle lecture, on ne peut que se mettre à penser que la nature humaine est foncièrement mauvaise, jalouse, cupide, qu’il n’y a pas une seule personne pour rattraper l’autre, que la vie n’est que compétition entre gens, et que pour « y arriver » il faut détruire son prochain, que ce soit honnêtement ou à l’aide de coups bas.

Enfin, je n’ai pas aimé ma lecture car il ne se passe clairement rien. Ce roman n’est qu’une succession de discussions plus ou moins animées, au cours desquelles les gens règlent leurs comptes, critiquent leurs soit-disant amis et se balancent leur quatre vérités trop longtemps contenues. Ce n’est pas compliqué, c’était tellement inintéressant qu’en le lisant un après-midi, je me suis endormie trois fois dessus… J’ai quand même réussi à le terminer, mais à vrai dire je n’ai même pas compris la fin. Je suis bien contente d’en être débarrassée, et je ne vous recommanderai donc pas ce roman !

Rome en un jour, de Maria Pourchet.
Disponible aux éditions Gallimard
depuis le 5/09/2013 au prix de 16€90.

2 Comments

  • 4 années ago

    Je crois que tu reflètes bien l’impression des autres avis que j’ai pu lire.
    Je passes mon chemin sur ce roman, peut-être que son prochain sera meilleur.

    • 4 années ago

      J’ai tellement détesté ce livre que je ne suis prête de m’intéresser aux autres écrits de l’auteure…

Leave A Comment