Rapt maudit in rose • Paul G. Sergeant

rapt maudit in rose

Comme vous allez pouvoir le remarquer dans les prochains mois, l’un de mes objectifs (ou résolutions) que j’instaure cette année, c’est de lire et vous faire des découvrir des auteurs auto-publiés de qualité. Avant ce roman je n’en avais lu qu’un auto-publié, qui s’est révélé être une catastrophe (pour rappel, c’était ce roman), donc j’ai décidé de trier ces auteurs sur le volet et de ne vous parler que des bons que je vais découvrir (à moins que vous ne souhaitiez savoir lesquels éviter ?). Je commence donc cette longue série avec Rapt maudit in rose, que j’ai a-do-ré !

Vous connaissez tous le lieutenant Columbo ! Vous savez ce qu’est un colombophile ? Laissez-moi vous présenter un Columbo Folle !
Fraîchement muté dans un commissariat lyonnais pour pallier au départ en retraite de deux anciens inspecteurs, un inspecteur divisionnaire gay, mais pas folle, Gérard Mancelle, doit résoudre une affaire de rapt avec demande de rançon qui s’est mal terminée. La rançon a été versée, mais la victime a été retrouvée morte.
Même principe que pour la série « Columbo », on connaît dès le départ l’assassin, mais l’essentiel est de savoir comment notre inspecteur « gay » va faire pour le démasquer. Avec des attitudes précieuses, frôlant l’humeur folle de certains homosexuels extravertis, humour, perspicacité, ténacité et intelligence, Gérard Mancelle va-t-il arriver à ses fins ?

Avant de me lancer dans la lecture de ce roman, j’ai tenu à demander à l’auteur si le côté gay / folle de son personnage était omniprésent dans l’histoire au risque d’en devenir un cliché, ou si ce n’était qu’un détail pour l’histoire. Fort heureusement, il ne s’agit que d’un détail, mais un détail qui permet quand même quelques répliques et situations cocasses, qui ont l’avantage de dédramatiser l’ensemble de l’histoire, de rendre celle-ci moins lourde, pesante.

Le personnage de Gérard Mancelle se révèle être alors unique et très attachant, et le duo qu’il forme avec son chien est plutôt drôle et rocambolesque ! Je me suis immédiatement attachée à lui, et je vous le donne en mille : j’espère sincèrement que je pourrai lire prochainement une autre de ses enquêtes, car il ne ressemble vraiment en rien aux autres personnages policiers que j’ai pu rencontrer au fil de mes lectures.

Chose innovante également pour moi : connaître le crime et son commanditaire dès le début, et suivre l’enquête tout en connaissant le motif. J’avoue, j’ai eu peur de m’ennuyer, car vous le savez probablement maintenant, mais j’ai la fâcheuse habitude de deviner l’identité du meurtrier et son mobile dans les thrillers classiques que je lis à l’occasion, bien avant la fin. Donc là, connaissant cela depuis le début, j’appréhendais un peu. Mais l’auteur a réussi son coup puisque je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, et que la fin offre tout de même un rebondissement de taille, que je n’ai pas soupçonné un instant ! Si ça ce n’est pas du génie, me connaissant, je me demande bien ce que c’est !

Vous l’avez donc compris, ce roman est pour moi une petite pépite des romans auto-édités, bien loin de ma seule mauvaise expérience jusqu’alors dans ce domaine. Je vous recommande donc chaudement la lecture de ce roman policier, plutôt court mais non sans suspense et humour. Il s’agit pour moi d’une très belle découverte, et j’aurai beaucoup de plaisir à lire une nouvelle enquête de l’inspecteur Mancelle.

Rapt maudit in rose, de Paul G. Sergeant.
Disponible sur Amazon
depuis le 17/11/2014 au prix de 7€50.

1 Comment

  • 2 années ago

    J’avais deviné la surprise de fin, si l’on parle bien de la même chose (je ne veux pas spolier le roman), mais pour le reste, je suis d’accord avec vous. On a envie de revoir Gérard Mancelle dans d’autres enquêtes.
    Si vous aimez les héros qui sortent de l’ordinaire, je vous invite à aller visiter mon blog et si cela vous inspire, à demander un exemplaire presse à presse@bod.fr en indiquant le titre désiré et l’adresse de livraison.
    Paul G. Sergeant a lu l’un de mes romans.

Leave A Comment