Mon escapade parisienne

DSC02160

 

(Notre-Dame de Paris vue du 7e étage de l’Institut du Monde Arabe)

Bonjour tout le monde !

Je rattrape petit à petit mon retard sur le blog, et même si une longue liste de chroniques à écrire m’attend, je préfère d’abord vous raconter mon petit voyage à Paris. Comme je vous l’avais annoncé, je suis montée pour faire la surprise à ma grand-mère à l’occasion de son anniversaire, et j’en ai profité, comme à chaque fois, pour faire quelques virées à la capitale (mes grands-parents ne vivent pas intra-muros).

Je suis arrivée le mercredi 4 juin au matin après avoir pris le train de nuit car je ne voulais pas voir les heures défiler, mais au final j’ai très peu dormi (dans la cabine réservée aux femmes où j’étais, il y avait une jeune mère avec son bébé… qui a beaucoup pleuré). Mon petit périple a plutôt mal commencé car arrivée dans la ville de mes grands-parents en RER, je me suis retrouvée confrontée à l’arrivée à une grève des bus ! Cela n’aurait pas été très grave si je n’avais pas eu une valise de 18 kg à la main (même à tirer, c’est lourd) et surtout une pluie diluvienne : je suis arrivée littéralement trempée. Heureusement que j’avais acheté une parka dernièrement (dans mon malheur de ne pas trouver le trench de mes rêves, je me suis retrouvée chanceuse ^^). Mais le principal dans la chose, c’est que ma grand-mère a été très heureuse de me trouver sur le pas de sa porte à l’heure de son petit-déjeuner, et ça, c’est le principal !

ima

(Seules photos de l’IMA : fenêtres et fresque au sol, au 7e étage)

Le lendemain, le jeudi 5 juin donc, j’étais invitée par les éditions Stock à deux événements, dont je vous parlerai spécialement dans un article à part, car cela mérite plus que quelques lignes ici ! Ce même jour j’en ai profité pour me balader dans le Ve arrondissement puis dans le VIe arrondissement. J’ai commencé par visiter l’Institut du Monde Arabe en fin de matinée car le premier événement Stock avait lieu dans ce bâtiment. Cette visite s’est révélée assez mitigée, et notamment car il est interdit de prendre des photos, ce qui n’est pas super si, comme la plupart des gens qui visitent, on aimerait avoir une trace de notre passage là-bas, notamment pour montrer à notre famille et nos amis ce qu’on peut y voir, et les convaincre de visiter aussi… Mais surtout, j’ai trouvé le musée assez vide au départ, et ce n’est qu’à l’étage des tissus que j’ai commencé à m’extasier car il y a vraiment de très belles choses, des tenues de mariage d’époque, des bijoux somptueux, et c’est là qu’on peut se dire qu’avant, ceux qui travaillaient le tissus, le fil, l’or et les pierres précieuses à la main étaient mille fois plus doués que nos machines modernes actuelles. J’en ai littéralement pris plein les yeux, et c’est là que je regrette de ne pas avoir pu prendre de photos ! J’ai bien aimé également la partie où l’on peut voir la Bible, la Torah et le Coran dans des éditions très très anciennes (les premières je pense, où peu après, je n’en mettrais pas ma main à couper) : pour moi qui suis une personne qui adore les livres, force m’était de constater que ces ouvrages ont été très bien conservés, et qu’ils sont magnifiques ! Bien entendu suite à cette visite, j’ai fait un tour à la boutique du musée, et plutôt que de repartir avec des souvenirs qui prendront la poussière, j’ai préféré opter pour l’achat de deux romans qui m’ont tapé dans l’oeil là-bas ; j’aurais très bien pu les acheter à mon retour ou plus tard, mais non, je voulais vraiment ramener quelque chose de l’IMA ^^ Suite à cette visite j’ai mangé le meilleur sandwich jambon-emmental de toute ma vie que j’ai acheté sur le quai dans un bistrot qui ne paye pas de mine de l’extérieur (Rallye-Tournelle) ; et même si ce simple sandwich m’a quand même coûté 4€50, je vous assure que manger de la baguette fraîche du boulanger et des ingrédients préparés pour vous au dernier moment, ça change tout, et ça vaut ce prix ! En mangeant mon sandwich j’ai flâné chez les bouquinistes du bord de Seine, et là, j’ai assisté à une chose à laquelle je ne m’attendais pas du tout : ce jour-là la reine d’Angleterre arrivait à Paris, et j’ai eu la chance de voir un cortège d’au moins 150 chevaux avec des militaires (ou la police montée ? je ne sais pas du tout pour le coup !) et c’était vraiment spectaculaire à voir, tant par le nombre de bêtes et de cavaliers, mais également pour l’élégance du tout (ce n’est certes qu’un détail, mais chaque cheval avait un damier tondu sur la croupe). Puis j’ai de nouveau flâné chez les bouquinistes, où j’ai fait quelques affaires, je suis passée devant la cathédrale de Notre-Dame où je me suis arrêtée quelques minutes sur un banc pour admirer le lieu et me reposer un peu, puis j’ai repris mes pérégrinations pour finalement atterrir chez Gibert Jeune à Saint-Germain des Prés. Je me suis trop faite avoir car je pensais que c’était une filiale de Gibert Joseph, mais en fait ce sont deux enseignes bien distinctes, et, littéralement, j’ai détesté l’organisation de cette boutique ! J’y ai quand même trouvé deux livres mais ça a été dur, leur rangement est vraiment idiot : il y a deux rangés d’étagères sur rail, l’une devant l’autre, mais la clientèle n’a pas le droit de déplacer celles qui se trouvent sur l’avant pour pouvoir regarder derrière. Vous conviendrez bien que c’est idiot de n’avoir accès qu’à la moitié de la marchandise ? Et pour clore cette longue journée, j’ai été au second événement des éditions Stock, dans leurs locaux, avant de me retrouver coincée pendant 1h30 dans le RER D dans un tunnel, dans des conditions tellement exécrables que les 3/4 des passagers ont décidé de descendre du train pour rejoindre la station suivante à pied, sur les rails, avec juste 25000 volts au-dessus de leurs têtes…

J’ai ensuite passé le vendredi en famille avec une virée chez mon bouquiniste favori, dont vous pouvez retrouver la présentation ici.

Ladurée

(Vitrine Ladurée rue Bonaparte)

Et enfin, ma deuxième et dernière escapade à Paname a eu lieu le samedi 7 juin. Ayant adoré les quartiers visités le jeudi, et n’ayant pas pu tout voir, j’ai décidé de retourner dans le VIe arrondissement. La veille, en discutant avec ma tante, je lui ai demandé si ça valait réellement le coup les macarons de chez Ladurée. Et c’est comme ça qu’elle m’a appris qu’il y avait plusieurs restaurants Ladurée à Paris, et pas seulement celui des Champs Elysées, dont un à Saint-Germain des Prés rue Bonaparte. Ni une ni deux, mon choix était fait : j’allais m’octroyer une petite folie culinaire pour le déjeuner, et j’ai donc mangé là-bas le midi ! Je vous jure que même si j’ai payé 35€ pour une salade et une pâtisserie, je ne regrette pas une seconde, car je me suis ré-ga-lée !!! Vous pouvez voir les photos de mon repas ici & (mais il faut m’avoir en amie sur Instagram car mon compte est privé). Avant ça bien entendu, j’ai parcouru la rue Bonaparte de long en large et en travers, et comme je suis très chanceuse il y avait une sorte d’exposition / brocante de livres très anciens, c’était vraiment très beau, j’en ai pris plein les yeux, même si les ouvrages avaient des prix avec deux ou trois zéros ^^ Juste avant le déjeuner j’ai également découvert une superbe librairie, qui m’a vraiment tapée dans l’œil car la vitrine était consacrée aux éditions Stock <3 J’en suis bien sûr repartie avec deux livres, on ne me refera décidément pas !

La Hune

(Librairie La Hune à Saint-Germain des Prés)

Après mon déjeuner j’ai visité l’abbaye de Saint-Germain des Prés, mais respectant trop le lieu et les gens qui s’y recueillaient, je n’ai pas pris de photos. J’y suis restée peu de temps mais c’est tout de même une abbaye jolie à voir, même si elle n’est pas transcendante (en plus elle se trouve juste en face de la libraire La Hune, j’étais sur son parvis pour prendre la photo ci-dessus ^^). Pour clore les visites, j’ai terminé avec le musée Eugène Delacroix, dont je suis ressortie assez déçue, pour le simple fait qu’il est minuscule et que très peu d’œuvres de l’artiste y sont exposées. Par contre rien à dire sur l’accueil qui est vraiment top ! Cependant, si vous ne connaissez rien à l’artiste, je ne vous conseille pas ce musée, car même s’il se situe dans la demeure de ce dernier, je n’y ai pas appris grand-chose à part le fait qu’il adorait Shakespeare et qu’il a beaucoup peint et dessiné autour de son oeuvre.

Musée Eugène Delacroix

(Musée Eugène Delacroix)

Et enfin, avant de finir cette journée sur les Champs Elysées avec mon amie Sarah, j’ai souhaité découvrir la librairie Shakespeare & Company, dont j’ai vu maintes et maintes photos sur Internet qui me faisaient rêver. Je n’y ai pas trouvé mon bonheur, notamment à cause de la foule incommensurable qui occupait la boutique et ne permettait pas de regarder les rayonnages à sa guise, mais néanmoins c’est un très bel endroit qui vaut le coup d’œil et fait découvrir de très belles éditions que l’on n’a pas en France.

Shakespeare & Company

(Librairie Shakespeare & Company)

Je ne suis pas retournée à la capitale durant le reste de mon séjour, car avec tous ces problèmes de transports, j’ai été assez démotivée. Je suis rentrée chez moi le jeudi 12 juin et j’ai eu beaucoup de chance, car mon train n’était pas touché par la grève, et même si je suis quand même arrivée avec une heure de retard, au moins ma galère aura été moindre ! Enfin pour finir cet article, si vous envisagez de visiter Paris ou une toute autre ville d’Europe, capitale ou non, je souhaite vous parler du site HouseTrip qui propose la location d’appartements pour une nuit ou plus au tarif d’un hôtel, le prix variant forcément selon le lieu et le confort que vous choisissez. Si vous n’avez pas de famille à Paris ou en Île-de-France, ou si vous souhaitez tout simplement éviter les galères de transports (j’ai été garnie cette semaine-là !!!), ce site me semble être une solution parfaite pour faire des économies et ne pas avoir à manger au restaurant trois fois par jour. Je sais que, personnellement, la prochaine fois que j’irai à Londres ou Barcelone, je louerai un appartement sur ce site plutôt que de réitérer l’expérience dans un hôtel bas de gamme avec les pique-niques sur le lit pour économiser sur le budget alimentaire ^^

J’espère que cet article vous a plu, et n’hésitez pas à me dire quels sont vos endroits favoris à Paris ou dans sa région, car, comme vous devez vous en douter, j’y vais au moins une fois par an, et j’ai déjà hâte de planifier mes prochaines visites ;)

3 Comments

  • Cassandra
    3 années ago

    J’ai beaucoup apprécié lire ton article! (Surtout qu’il commence par une photo de Notre Dame! Je ne proclamerai jamais assez mon amour pour cette capitale! :p)
    On n’a pas le droit de toucher aux étagères coulissantes chez Gibert Jeune??? Personnellement, la dernière fois que j’y suis allée je ne me suis pas fait priée, même si quelques clients m’ont regardée bizarrement! En tout cas, un vendeur était dans le coin et il n’a pas relevé.
    Sinon de mon côté quand je voyage, j’utilise depuis quelques temps déjà le site airbnb! Ça doit être le même principe et je n’ai jamais été déçue, je préfère largement cela à l’hôtel!

    • 3 années ago

      Quand je suis allée à Gibert Jeunes, les étagères coulissantes avaient des chaînes à leurs extrémités et il y avait des feuilles stipulant qu’on n’avait pas le droit d’y toucher… Ça dépend peut-être des magasins ?

  • Cassandra
    3 années ago

    Ah sûrement… Celle que j’ai déplacée n’était pas dans le magasin avec tout ce qui est roman, bd, pléiades etc. Mais dans celui avec les rayons de langues, journalisme
    , littérature (mais plus scolaire/universitaire) … C’est sûrement pour ça.

Leave A Comment