Mon bullet journal, ou comment je gère mes lectures et le blog

Bullet journal

Cela fait bientôt deux mois que j’ai commencé à utiliser un bullet journal. Un… quoi ?! Le bullet journal (bujo pour les intimes) est un savant mélange entre l’agenda et le carnet de notes, que chacun crée et organise comme il le souhaite. Alors que certains en ont un qu’ils remplissent quotidiennement avec les corvées à effectuer, les listes de courses et les idées en tous genres, personnellement j’ai fait le choix de ne l’utiliser que pour y recenser ce qui concerne mes lectures et le blog. Je vais vous le présenter immédiatement, et vous expliquer comment j’ai fait pour le créer. 

Bullet journal

Comme conseillé par la plupart des personnes utilisant un bullet journal, j’ai acheté un carnet Leuchtturm1917 en format A5 pointillé (pour cela j’ai enrichi le géant américain avec un bon d’achat). Je voulais pouvoir le glisser facilement dans mon sac, et ne pas me lasser de sa couleur au fil du temps, d’où mon choix en blanc. Pour écrire, j’utilise mes stylos à pointe fine Stabilo (point 88, fine 0,4) qui me suivent depuis l’université. Vous en avez quelques uns sur la photo, mais j’utilise d’autres couleurs en supplément. Ponctuellement, j’utilise aussi des feutres (Faber Castell) et des crayons de couleurs (Bic).

Une fois que j’ai eu le matériel dont j’avais besoin, il m’a fallu réfléchir à la mise en page que je voulais lui donner. Pour cela, et c’est la première chose que je vous conseille de faire, j’ai cherché des idées sur Pinterest, Instagram et YouTube, et j’ai fait des essais au brouillon. Ainsi, j’ai récupéré de vieux papiers jaunes que j’ai coupés au format du carnet, et j’ai planifié l’ordre des pages pour voir si cela correspondait à ce que je voulais, et surtout si ce serait pratique. J’ai d’abord réfléchi aux clés que j’allais utiliser, et j’ai choisi les symboles suivants, que j’utilise tout au long du carnet :

bullet journal

Puis je me suis rendue compte, par exemple, que même si je voyais de très jolis dailies sur le net, je n’en aurais personnellement aucune utilité. Par contre cela est toujours utile d’avoir un calendrier annuel en début de carnet, et chaque mois un calendrier mensuel pour noter les rendez-vous et autres salons littéraires par exemple. Voici comment j’ai fait :

bullet journal

bullet journal

bullet journal

bullet journal

Souhaitant un carnet assez minimaliste, je ne joue la fantaisie que sur les pages présentant le mois et le calendrier mensuel. Le reste du temps, je ne dessine pas, je fais juste un peu de mise en page. Comme vous pouvez le voir, je dessine principalement avec mes stylos Stabilo et au feutre. Cela a l’avantage d’avoir des couleurs soutenues et éclatantes, mais l’inconvénient (même sans dessin, juste l’écriture) c’est qu’on voit au verso en transparence. Le seul défaut notable de ce carnet est donc, à mes yeux, l’épaisseur de son papier qui est un poil trop fine.

En début de carnet, j’ai consacré énormément de pages pour rentrer ma PAL et ma wish list. J’ai tout classé par ordre alphabétique d’auteur, m’inspirant un chouia de la norme de catalogage en bibliothèque. J’ai accordé une à deux pages selon les lettres, en laissant pas mal d’espace vide pour pouvoir le remplir au fil des mois. Là aussi je me suis amusée à dessiner un peu pour illustrer chaque catégorie ; vous remarquerez que j’ai mis en couleurs au crayon, mais c’est en voyant le résultat que j’ai voulu faire chaque dessin mensuel au stylo ou feutre pour plus de peps et d’éclat. Concernant la PAL, vous avez ici un aperçu de deux clés : les petits points signifient que le livre est dans ma PAL mais pas lu, et je mets une croix une fois que le livre est lu (cf Petits secrets & grand mariage de Louise Allen).

bullet journal

bullet journal

Passons maintenant à l’organisation type d’un mois. Sur la première double-page, comme montré précédemment, je dessine la page de garde du mois et le calendrier mensuel où j’inscris mes rendez-vous, événements importants et salons littéraires. Ensuite j’inscris la PAL du mois suivie des acquisitions mensuelles : j’y inclus achats, services de presse et cadeaux, en précisant par une lettre ce que je n’ai pas acheté -> (P) = partenariat, (C) = cadeau, (N) = numérique, et (concours). Puis je note mes repérages en librairie et depuis le mois d’octobre mes emprunts à la médiathèque. Suivent le tracker mensuel où je « pointe » quotidiennement les choses suivantes : publications sur le blog, Instagram, Facebook ; lire ; sport ; achat de livres ; réception de services de presse (acquisitions (P)) ; travail ; B12 (plusieurs choses personnelles n’ayant rien à voir avec le blog mais que je tiens à contrôler) et la page accordée à mon club de lecture. Juste après j’ai quelques pages consacrées aux challenges ponctuels : pour octobre uniquement celui que j’ai créé, mais pour août par exemple il y avait le Week-end à mille et le Challenge des quatre maisons, et une page répertoriant les articles publiés dans le mois sur le blog, avec un code couleurs (rose = chronique, jaune = challenge, vert = divers). Et enfin, un bon gros bilan avec les statistiques quotidiennes du blog et le bilan mensuel (nombre de lectures, nombre de pages lues, nombre de coups de coeur, nombre de déceptions, nombres d’articles et PAL -/+).

bullet journal

Avant / Après (octobre VS septembre)

bullet journal

bullet journal

bullet journal

Vous pouvez remarquer ici le changement d’organisation, le décalage dû à l’insertion de la page consacrée aux emprunts à la médiathèque. Mais aussi le fait que la page consacrée aux articles était placée avant le club de lecture et les challenges, et que je l’ai déplacée après par la suite.

bullet journal

bullet journal

bullet journal

bullet journal

bullet journal

bullet journal

Vous savez désormais tout sur la manière dont je m’organise avec mon bullet journal ! J’ai, jusqu’à maintenant, l’impression qu’il est unique, car j’y concentre tout ce qui me concerne directement sans m’encombrer de choses que beaucoup de personnes font mais qui me sont totalement inutiles (par exemple, noter le nombre d’heures de sommeil et le nombre de verres d’eau bus dans la journée). Mes plus gros conseils sont de laisser place à votre imagination et à vous concentrer sur ce qui vous est utile. Le bullet journal est un bon moyen pour mêler agenda et carnets divers en un seul et même endroit, à assembler le personnel et le professionnel, et un tas d’autres possibilités ! Personnellement j’ai choisi de cibler le mien sur mes lectures et mon blog, mais il n’est pas exclu que d’ici peu, suivant l’utilité que je peux en avoir, j’en fasse un deuxième pour le boulot…

Si  vous aussi vous avez un bullet journal, je suis curieuse d’en voir des photos !

Leave A Comment