Les petits secrets d’Emma • Sophie Kinsella

Les petits secrets d'Emma

Les petits secrets d’Emma

Sophie Kinsella

Avec Les petits secrets d’Emma, j’ai lu mon premier Sophie Kinsella. Je ne pensais pas être une adepte de la chick-lit, mais après qu’une amie m’en ait parlé à diverses reprises et qu’une autre ait précisément lu et apprécié ce roman, je me suis laissée tenter pour la deuxième fois et demie (j’ai lu en tout et pour tout un livre de chick-lit : Pour un tweet avec toi de Teresa Medeiros , et un autre est en cours : Mes chères voisines de Marisa de los Santos), et ce sans regret aucun, car j’ai passé un très bon moment ! 

Ce n’est pas qu’Emma soit menteuse, non, c’est plutôt qu’elle a ses petits secrets. Par exemple, elle fait un bon 40, pas du 36. Elle ne supporte pas les strings. Elle a très légèrement embelli son CV. Elle déteste sa cousine Kerry. Et avec Connor, son petit ami, au lit ce n’est pas franchement l’extase. Bref, rien de bien méchant, mais plutôt mourir que de l’avouer. Mourir ? Justement… Lors d’un voyage en avion passablement mouvementé, Emma croit sa dernière heure arrivée. Prise de panique, elle déballe tout à son séduisant voisin. Tout et plus encore. Sans imaginer que l’inconnu en question est l’un de ses proches. Très proche même…

J’ai sincèrement adoré cette lecture, j’ai ri les trois quarts du temps, et après quelques lectures déprimantes car les personnages mourraient, c’était la bouffée d’air frais qu’il me fallait pour éviter la dépression !

Dès le départ je me suis attachée à Emma, et je crois que ce qui a aidé de prime abord, c’est que c’est le prénom que je veux donner à ma fille quand j’en aurai une ; déjà donc, un prénom attachant, ça commence bien. De plus, Emma est une femme une vraie, pas le genre de poupée de cire que l’on voit dans les magazines, non, elle a un caractère bien trempé et des défauts, des tas de défauts ! C’est une vraie femme lambda, avec des complexes, dans laquelle chaque lectrice peut s’identifier (sauf si ladite lectrice est une mannequin justement).

Au niveau de l’histoire, le rythme est très rapide et prenant, les éléments s’enchaînent, sans nous laisser le temps de reprendre notre souffle, ni nous ennuyer la moindre seconde ; tout a un sens, l’ordre des choses est juste, pas tellement abracadabresque pour ce genre de lecture, c’est à peine tiré par les cheveux car tout se passe un peu trop bien par moments, mais c’est tout. C’est tellement prenant qu’en une soirée puis une partie du lendemain, ma lecture était bouclée. De prime abord côté « suspense » j’aurais dû être contentée puisque je n’ai pas soupçonné la bonne personne pour incarner le mystérieux voisin dans l’avion dont il est question (mais je vous tairai son identité pour ne pas vous spoiler), cependant un autre élément censé être surprenant ne m’a pas du tout surprise : je vous l’écris en blanc pour que les personnes qui ne veulent pas le lire ne connaissent pas le dénouement. Au départ quand on sait que Jack Harper, le patron d’Emma, est le mystérieux passager voisin, en ce qui concerne le final j’ai immédiatement imaginé qu’il cachait un enfant en Irlande ou que son associé n’était pas réellement mort et que c’était lui qui se trouvait là-bas, mais au final c’est un mélange des deux : la personne cachée en Irlande est la fille illégitime de ce fameux associé décédé. Enfin voilà, ma capacité de deviner en avance le dénouement de quasiment chaque histoire m’aura encore une fois fait défaut, ce qui devient un peu pénible à la fin… Mais cela n’a pourtant pas enlevé de charme à ma lecture, qui s’est révélée plaisante, drôle, fraîche, attachante, un peu folle sur les bords, mais tellement reposante et changeuse d’idées !

Désormais je peux de nouveaux lire des trucs plus sombres, dramatiques, limite déprimants, sans risquer de tomber dans la dépression. La chick-lit et moi, et plus particulièrement la plume de Sophie Kinsella, allons devenir de grandes amies !

1 Comment

  • 4 années ago

    Il a l’air trop bien celui là, j’ai hâte de le lire ! :)

Leave A Comment