Les mots qu’on ne me dit pas • Véronique Poulain

les mots qu'on ne me dit pas

Bonjour !

Aujourd’hui je viens vous parler d’un livre qui ne sortira que le 20 août aux éditions Stock dans le cadre de la rentrée littéraire. J’aurais bien voulu vous en parler un peu plus tardivement, mais je n’ai pas su résister à l’appel qu’il me faisait depuis début juin, quand j’avais assisté aux événements organisés par Stock (d’ailleurs il va falloir que je vous raconte tout ça, tellement c’était cool !).

« “ Salut, bande d’enculés ! ”
C’est comme ça que je salue mes parents quand je rentre à la maison.
Mes copains me croient jamais quand je leur dis qu’ils sont sourds.
Je vais leur prouver que je dis vrai.
“ Salut, bande d’enculés ! ” Et ma mère vient m’embrasser tendrement. »

Sans tabou, avec un humour corrosif, elle raconte.
Son père, sourd-muet.
Sa mère, sourde-muette.
L’oncle Guy, sourd lui aussi, comme un pot.
Le quotidien.
Les sorties.
Les vacances.
Le sexe.
D’un écartèlement entre deux mondes, elle fait une richesse. De ce qui aurait pu être un drame, une comédie.
D’une famille différente, un livre pas comme les autres.

Ce livre est d’après moi un très beau témoignage, car l’auteure prend le sujet avec beaucoup d’humour et d’auto-dérision, mais ses mots laissent également transparaître énormément d’amour et de respect envers ses parents sourds et muets, alors qu’elle-même n’a aucun de ces handicaps.

J’ai beaucoup aimé ce livre qui, à l’instar de Un tout petit rien de Camille Anseaume (qui avait été un coup de cœur il y a quelques mois), et probablement de nombreuses autres histoires, est raconté sous forme de cahier / journal dans lequel l’auteure écrit des petits billets de quelques lignes à quelques pages sur une anecdote ou un sujet particulier qu’elle veut traiter. Je trouve cette manière d’écrire beaucoup plus humaine, dans le sens où la personne qui écrit s’adresse directement à son lecteur, même si du coup c’est moins littéraire et plus intime comme écriture.

Je me suis énormément attachée à la petite fille qu’a été Véronique Poulain, car à travers ces pages elle témoigne de la difficulté quotidienne d’être enfant de sourds et muets, notamment à l’école, mais également dans la vie à la maison : le bruit que ses parents font sans s’en rendre compte et qui l’agace, le fait de devoir toujours être attentive quand ils lui parlent (par exemple, contrairement aux gens entendants, elle ne peut pas suivre une conversation et nouer ses lacets en même temps), et pas mal d’autres choses encore que je vous laisserai découvrir en lisant cet ouvrage. Heureusement pour elle, sa cousine et son cousin ont grandi dans les mêmes circonstances, et donc, ensemble, ils ont pu faire les quatre cents coups, et se moquer de leurs camarades. Toutes les personnalités racontées dans ce livre ont su me toucher ou m’amuser à leur manière, et même si Véronique Poulain se moque souvent des membres de sa famille sourds et muets afin de montrer que son enfance n’a pas été drôle tous les jours, jamais elle n’a manqué de respect envers eux, et je trouve cela très admirable de sa part.

Vous l’avez certainement compris, j’ai beaucoup aimé ce livre, et je vous le recommande chaudement ! Il permet de passer un bon moment de franche rigolade, mais également d’en apprendre plus sur les conditions de vie des sourds et muets il y a quelques décennies et les évolutions qui ont eu lieu dans notre société pour leur permettre de s’intégrer au quotidien à la population entendante. De plus, les parents de Véronique Poulain ont participé à cette avancée, donc ce qu’il en est dit est d’autant plus précis.

Les mots qu’on ne me dit pas, de Véronique Poulain.
Disponible aux éditions Stock
à partir du 20/08/2014 au prix de 16€50.

4 Comments

  • 3 années ago

    Très très très beau billet que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ! La comparaison de « style » avec le Camille Anseaume a terminé de me décider à le lire absolument !
    Cajou

    • admin
      3 années ago

      Si tu le lis, j’espère donc que tu aimeras :)

  • 3 années ago

    Tu avais donc suscité mon envie avec ton billet , puis j’en ai lu un second du même acabit et j’ai donc succombé hier dans ma librairie et je l’ai déjà lu et chroniqué tant il m’a plu.
    Merci bcp pour la découverte :)
    Cajou

    • Flight of Swallow
      3 années ago

      Je t’en prie, c’est super de savoir qu’on y est un peu pour quelque chose quand quelqu’un achète et surtout AIME un livre qu’on a nous-même aimé :)

Leave A Comment