Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie • Virginie Grimaldi

Il est des romans, dont on sait qu’ils seront des coups de cœur avant même d’en commencer la lecture, avant même de les avoir entre les mains. Ce fut le cas avec celui-ci, parce qu’il est écrit par Virginie Grimaldi. Si vous vous souvenez, j’avais reçu ses deux premiers romans à mon anniversaire l’année dernière, et je les avais lus presque d’affilée (j’ai dû laisser 2 voire 3 semaines maximum entre ces deux lectures). Ça avait été ma révélation de la rentrée, et depuis j’attends avec impatience chaque écrit de Virginie (que ce soit à travers un roman ou ses billets sur Instagram – les récits de ses vacances d’été ont illuminé mes journées !).

« Je ne t’aime plus. »
Il aura suffi de cinq mots pour que l’univers de Pauline bascule.
Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au moment où elle décide de reprendre sa vie en main.
Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer.
Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis.

Je crois que je peux définitivement dire que Virginie Grimaldi, c’est mon auteure française vivante préférée. Je me fais ce genre de classements, parce que je ne peux pas citer qu’une seule personne comme étant MON auteur/e préféré/e. (Et tant que j’y suis, je vais faire une digression et vous donner mon top de mes auteurs préférés ! Donc auteure française vivante : Virginie Grimaldi ; auteur français vivant, j’hésite entre Hubert Mingarelli et Marc Levy… ; auteure française décédée : la Comtesse de Ségur ; auteur français décédé, je n’en ai pas ; auteure étrangère vivante : J.K. Rowling ; auteur étranger vivant : Douglas Kennedy ; auteure étrangère décédée : Jane Austen ; auteur étranger décédé, je n’en ai pas non plus.) Après avoir lu ses deux romans, j’ai rencontré Virginie Grimaldi lors du salon du livre de Brive, et c’était super malgré ma timidité. Et là je lui ai demandé, sait-on jamais, si elle avait un roman en cours… Quelle joie d’apprendre que oui ! Dès lors, j’étais à l’affût de la moindre information, et quel bonheur, enfin, d’avoir cette pépite entre mes mains un jour avant sa sortie (oui, parce que j’ai osé faire les yeux doux au libraire qui a cédé à ma demande de groupie ^^).

Malgré tout, je n’ai commencé ma lecture que le jour de sa sortie. J’avais prévenu Chéri : in-ter-dic-tion de me déranger pendant ma lecture, et je lui laissais carte blanche pour le dîner, j’avais un rendez-vous en tête à tête très important qui me couperait de toute tâche ménagère. Je ne me souviens plus ce que j’ai mangé ce soir-là, par contre je me rappelle m’être couchée très tard et avoir eu des cernes énormes le lendemain au travail, et l’envie insoutenable de rentrer chez moi pour continuer ma lecture. Lecture terminée en deux soirées.

Ce roman, c’est l’histoire de Pauline, une histoire qui pourrait arriver à tout le monde. Son mari, avec qui elle est en couple depuis dix ans, demande brutalement le divorce, la laissant dans le désarroi le plus total. Elle retourne donc vivre chez ses parents avec leur fils de quatre ans, se laissant aller, car elle ne comprend pas cette décision qu’on lui a imposée sans lui laisser l’occasion de se défendre pour sauver la situation, sauver leur couple et leur famille.

Puis, Pauline tente le tout pour le tout et décide d’écrire à Ben, son mari, une lettre par jour le temps de l’été, pour lui rappeler de bons souvenirs passés ensemble et ainsi espérer le reconquérir. Le roman se lit donc à un bon rythme car alternent les lettres de Pauline avec des chapitres de narration. Virginie Grimaldi ne s’attarde pas sur des détails inutiles, son écriture est limpide et va à l’essentiel, ce roman est un véritable page turner. Elle sait nous toucher directement en plein cœur avec des mots simples qui racontent la vie et l’amour, nous faire passer du rire aux larmes, larmes de peine mais aussi de joie. Cette femme a un don, elle écrit comme elle respire, comme elle vit, et elle insuffle cette vie dans chacun de ses mots.

J’avais adoré son premier roman, Le premier jour du reste de ma vie. J’avais encore plus aimé son deuxième, Tu comprendras quand tu seras plus grande, qui avait déjà été un coup de cœur. Mais alors là, je me suis pris une énorme claque, comme cela ne m’étais pas arrivée depuis des années ! C’est le seul livre, après Cinq jours de Douglas Kennedy, qui m’a autant remuée, qui m’a fait terminer ma lecture en larmes, et qui m’a donné envie de profiter à fond de la vie.

Car ce roman, finalement, c’est plus qu’une histoire de reconquête amoureuse, plus que le récit d’une histoire d’amour. C’est un cœur qui bat entre les pages, le cœur de Virginie Grimaldi qui nous susurre, entre fiction et récit d’inspiration personnelle, que le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie. Qu’il faut savoir tomber et se relever pour vivre pleinement. Et que moi, j’ai juste envie de prendre l’auteure dans mes bras et de lui faire un gros câlin, en attendant son prochain trésor littéraire qu’il me tarde déjà de chérir.

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie, de Virginie Grimaldi
Disponible aux Editions Fayard
depuis le 3/05/2017 au prix de 19€.

2 Comments

  • 5 mois ago

    Je tente ma chance avec plaisir pour découvrir « les orphelins du bout du monde ».Merci pour le chouette concours !!!!!

    • Flight of Swallow
      5 mois ago

      Bonjour, pour participer, c’est sur Instagram que ça se passe :)

Leave A Comment