L’autre pays • Sébastien Berlendis

L'autre pays

Bonjour !

Une bonne semaine après avoir terminé ce livre, je m’attaque enfin à sa chronique ! Je remercie énormément les éditions Stock encore une fois pour cet envoi, car il m’a permis de découvrir un livre comme je n’ai pas vraiment l’habitude d’en lire, et surtout leur collection La Forêt.

« À cet instant, je sais que le périple italien ne s’aventurera pas plus au sud, comme si j’avais trouvé un pays à Craco, un pays certes sans ossements, sans tombes qui portent mon nom, sans murs de famille mais un pays tout de même. »

Dans ce récit charnel et poignant, Sébastien Berlendis nous invite à un voyage en Italie, à la recherche de traces familiales et amoureuses. Une traversée des lieux en une longue rêverie où affleurent des images, des visages, des paysages comme s’il s’agissait de photographies cadrées avec l’urgence du désir.

Si j’ai souhaité lire ce livre, c’est avant tout pour l’évasion qu’il promet, grâce au voyage en Italie qu’il propose. Ne partant pas en vacances cet été (comme depuis des années en fait), j’ai vraiment envie en ce moment de découvrir d’autres contrées à travers mes lectures, pour voyager grâce aux mots et aux descriptions des écrivains. Pour le coup j’ai été bien servie, puisque Sébastien Berlendis longe la côté italienne tout au long de son récit, et s’arrête dans certaines villes dont il nous parle en particulier.

Ce livre est vraiment déboussolant grâce au périple qu’il propose, j’ai vraiment voyagé avec l’auteur et j’ai senti le soleil italien sur ma peau. Là où il est assez déboussolant aussi, c’est en ce qui concerne sa forme d’écriture : en effet, en lieu et place d’un récit linéaire, Sébastien Berlendis a préféré raconter des morceaux de son voyage sous forme de petits paragraphes racontant chacun une scène qui l’a marqué. J’ai trouvé que cette forme s’apparente pas mal à ce que j’imagine à propos du script d’un film, ou aux didascalies d’une pièce de théâtre mais en plus détaillé quand même. En revanche, malgré cette originalité délibérément choisie, j’ai ressenti beaucoup moins d’émotions que ce que j’aurais voulu, car l’auteur reste assez extérieur à ce qu’il voit, il se livre peu sur ses sentiments, son ressenti. En effet, tout au long de son récit il intègre des phrases, des pensées qui nous rappellent et nous font découvrir un amour perdu ainsi que des traces de sa famille, mais en restant assez en retrait je trouve, cela manquait d’émotions à mon goût.

J’ai néanmoins apprécié cette lecture car sa forme est différente de mes lectures habituelles, et j’ai découvert plus en avant encore un pays qui m’attire et me fait rêver. De plus, malgré le manque d’émotions, j’ai trouvé chaque scène décrite assez chaude, notamment grâce au soleil italien que l’auteur réussit à faire ressentir dans son écriture.

L’autre pays, de Sébastien Berlendis.
Disponible aux éditions Stock, dans leur collection La Forêt
depuis le 16/04/2014 au prix de 13€.

Leave A Comment