La photographe T1 • Kenichi Kiriki

La photographe T1

Ce manga est incontestablement celui dont j’attendais le plus dans le sélection pour le Prix Mangawa. J’avais même dit à ma collègue que si je l’aimais autant que je l’espérais, j’allais me l’acheter ainsi que sa suite pour les avoir dans ma collection…

À travers cette aventure lyrique, Ayumi, jeune étudiante en photographie, nous entraine dans les quartiers cachés de Tokyo dans lesquels il est possible de saisir des moments uniques et magiques, reflets de la pluralité de Tokyo.
Du mémorial pour les écrivains et artistes à Tabata à la foire d’Asakusa non loin du célèbre temple, cette jeune photographe nous entraine avec émotion dans des univers bien réels où tout instant peut être saisi offrant une nouvelle vision, unique de la capitale du Japon.

Ce manga m’attirait tout particulièrement car il a le même format que les histoires de Jiro Taniguchi et Kaoru Mori que j’adore. Seulement le parallèle s’arrête ici, surtout que j’ai été très déçue par La photographe, que je n’ai même pas terminé…

Ce manga avait pourtant tout pour me plaire : un graphisme magnifique, une histoire sérieuse avec une héroïne loin de la mièvrerie souvent accordée aux lycéennes dans les mangas, et un sujet intéressant, à savoir la photographie. Pourtant la sauce n’a pas pris avec moi, ce qui me frustre encore plus vu les attentes que j’avais envers cette histoire !

Le problème se révèle être là : l’histoire. En réalité, il n’y en a pas vraiment. On suit bel et bien Ayumi dans les rues de Tokyo, mais ses déambulations permettent de découvrir la ville comme dans un guide de voyage illustré, et non à travers ses yeux et son histoire personnelle. Chaque chapitre est rapide et court, et consacré à un quartier de la ville de Tokyo, saisissant au crayon chaque lieu important à visiter en tant que touriste ou tokyoite curieux de sa ville. Chaque chapitre est ensuite suivi des notes personnelles de l’auteur sur les lieux juste visités.

J’ai lu un peu plus d’un tiers du manga avant de consentir à abandonner ma lecture, mais après avoir feuilleté jusqu’à la fin et lu quelques passages, je me suis rendue compte que l’histoire continuait de la même manière, et que celle-ci restait très froide et plutôt du type reportage / guide touristique.

Ce manga peut tout à faire plaire à d’autres que moi car le dessin est magnifique, mais m’attendant clairement à autre chose, à une histoire où l’héroïne était centrale et non observatrice, cela n’a pas fonctionné avec moi. Dommage…

La photographe T1, de Kenichi Kiriki.
Disponible aux Editions Komikku
depuis le 19/11/2015 au prix de 16€.

Leave A Comment