Chemins croisés • Claude Colson

chemins croisés

Je continue ma découverte des auteurs auto-publiés ou publiés par de petites maisons d’édition avec ce petit livre de Claude Colson, qui se révèle ne pas être un roman mais une auto-biographie que l’auteur a ressenti avoir besoin d’écrire après le décès d’un ami de toute une vie.

« Je vous livre ce récit, non prémédité, non programmé, en souhaitant qu’il vous marque autant que le firent pour moi les faits rapportés. Le décès soudain d’un ami de toujours m’a amené à prendre la plume. Ce fut une nécessité intérieure, une exigence irrépressible et j’espère que cette histoire sera pour vous, comme elle l’a été pour moi, l’occasion de réfléchir à la place de l’amitié dans l’existence. »

De ses années d’enfance à l’âge de sa retraite, Claude Colson choisit ses souvenirs et égrène les grandes étapes de sa vie et de celle de son ami Pierre. Mêlant au récit de multiples détails et anecdotes d’époque, Chemins croisés nous fait revivre l’évolution de soixante ans d’amitié ch’timi et sait nous présenter la vie, précaire et inattendue, dans toute son acuité et sa fragile beauté.

De manière logique, Claude Colson a choisi de livrer son histoire de manière chronologique, nous évoquant sa relation avec son ami Pierre tout au long de sa vie, et ce depuis son enfance. L’auteur se dévoile dans ce récit, tout en relatant sa relation avec son ami tout juste disparu, et avec d’autres qui ne sont pas restés proches.

L’auteur mêle son histoire à la grande Histoire, nous livrant son témoignage en plus de celui de toute une génération née après la Deuxième Guerre Mondiale, qui a grandi dans une Europe en reconstruction, dans un Nord-Pas-de-Calais proche d’une Allemagne pas encore pardonnée quant à ses actes quelques décennies auparavant. Claude Colson, notamment grâce à un voyage de jeunesse avec son ami Pierre dans cette contrée encore divisée entre Allemagne de l’Est et Allemagne de l’Ouest, témoigne des restes de la Guerre, des relations de ces deux Etats avec la France, et plus personnellement de son attrait à lui pour la langue allemande, pour ce pays. J’ai également apprécié découvrir des faits de la vie quotidienne, des révolutions sociales que je n’ai toujours connu que de manière scolaire.

J’ai aimé la manière qu’a Claude Colson de livrer son histoire avec pudeur, évoquant ses sentiments avec retenue et émotion à la fois. Le lecteur comprend sans problème l’envie, le besoin même, qu’il a de raconter son ami Pierre, les instants qu’ils ont vécus ensemble, les années qui les ont tour à tour séparés puis rassemblés, pour finir par les éloigner à tout jamais. Ce témoignage est un réel hommage à un ami disparu, à une partie de soi finalement. Car lorsqu’une personne que l’on a connu quasiment toute sa vie disparaît sans prévenir, de la manière la plus incompréhensible possible, nous perdons inexorablement une partie de nous-même.

Dans ce livre, l’auteur trouve donc les bons mots, la justesse pour parler de sa vie mais surtout de son ami Pierre, de leur relation, sans se mettre lui-même en avant. Mêlant son histoire à l’Histoire avec un grand H, Claude Colson livre un témoignage sans fioritures et très intéressant car loin du nombrilisme que le genre de l’auto-biographie ou du témoignage pourrait laisser augurer. En somme, une belle plume pour une belle découverte.

Chemins croisés, de Claude Colson.
Disponible aux éditions de la Remanence
depuis le 05/05/2014 au prix de 12€ (papier) ou 4€99 (ebook).

2 Comments

Leave A Comment